La FACAA était en Assemblée à Lomé

Le secteur de l’aéronautique est en pleine mutation. Car, il ne suffit plus d’assurer seulement la sécurité des vols, d’aiguiller les avions, mais, il faut aussi intégrer certaines contraintes supplémentaires de type environnemental, financier, et social. C’est pour permettre aux agents de ce secteur de poser des bases futures de gestion du trafic et de rendre l’espace aérien  encore plus sûr que se tient,  à Lomé, la deuxième assemblée générale de la Fédération des Associations des  Contrôleurs Aériens de l’ASECNA (FACAA).

« Le contrôleur de la circulation aérienne à l’ASECNA et les performances en gestion du trafic aérien » est le thème autour duquel,  les congressistes réfléchiront au cours de cette rencontre. Pendant trois jours, la vingtaine de délégations venues de l’espace ASECNA, examineront l’état de santé de cette organisation et son impact sur le niveau de sécurité aérien. Il sera question aussi, au cours de ces échanges, de faire le bilan des quatre années de mandature du bureau exécutif fédéral et de passer au renouvellement des organes dirigeants.

Selon les organisateurs, cette deuxième assemblée générale de la FACAA se tient dans un contexte particulier. Car, l’ASECNA connaît une restriction budgétaire atypique, pour cette année 2016, qui oblige l’ensemble des acteurs à serrer la ceinture. Pour eux, la non maîtrise des documents dans leurs volets financier et comptable, est la cause principale de cette situation. Mais, la victoire remportée par les travailleurs du Togo et du Bénin appuyés par l’ensemble des travailleurs de l’ASECNA, afin que celle-ci gère, désormais, la FIR Accra, est une solution financière qui permettra de renforcer les performances de la gestion du trafic aérien.

A cette occasion, le ministre des Infrastructures et des Transports, M. Ninsao Gnofam, a souligné que le Togo se veut une plaque tournante en ce qui concerne le transport en général et surtout le transport aérien en particulier. Pour lui, c’est dire l’attention que les plus hautes autorités accordent au secteur de l’aéronautique et au corps des contrôleurs aérien.

Pour le représentant de l’ASECNA au Togo et le président de la FACAA, respectivement, MM. Tagba Mendezi et Georges Tchanda, beaucoup de chantiers socioprofessionnels et techniques ont été conduits à leur terme, notamment : la question de la garantie en cas de perte de licence du contrôleur aérien, la définition et la mise en œuvre des plans de carrière, à travers le référentiel des emplois et compétences, etc. Pour eux, il s’agit de mettre les travailleurs de l’espace ASECNA  dans de meilleures conditions de vie et de travail et leur permettre d’assurer la gestion du trafic de façon sûr, ordonnée, efficace et régulier. A cet effet, ils ont exhorté les participants à bien suivre les travaux et approfondir  leur réflexion sur  leur métier  et sur les activités aéronautiques civiles dans l’espace ASECNA, voire africain et mondial.

Gisèle SONHAYE-NAPO-KOURA

(Visitée 34 fois, 1 visites ce jour)